Affections Nasales, Jetage Chronique : du Diagnostic au Traitement


Diagnostic

Le jetage chronique est un symptôme fréquent mais non spécifique d’affection nasosinusale. L’orientation diagnostique requiert une  connaissance détaillée de la physiopathogénie des différentes affections et une prise en compte des symptômes et de leur évolution. Ceci permet d’effectuer le choix le plus judicieux parmi les différents moyens diagnostiques dont nous disposons : rhinoscopie, radiologie numérique, scanner et IRM. 
Selon les cas, on peut ainsi effectuer :
•  Un examen bucco-dentaire et des radiographies dentaires intraorales lors d’infection d’origine dentaire (fistule oronasale)
•    Un examen rhinoscopique seul lors de forte suspicion de corps étranger, par exemple
•    Un examen tomodensitométrique initial lorsque la symptomatologie est peu spécifique
•    Un bilan d’extension osseux par tomodensitométrie (scanner) lors de tumeur ou d’aspergillose naso-sinusale, par exemple.
•    Un bilan d’extension cérébral ou orbitaire par IRM lors de suspicion d’extension intracranienne.
•    Des biopsies sous guidage endoscopique, éventuellement après localisation par tomodensitométrie
•    Les contrôles scanner ou IRM post-opératoires après interventions chirurgicales et/ou radiothérapie.

Traitement

Infections d’origine dentaire :
 elles sont fréquentes chez les chiens de petite  taille, particulièrement prédisposés à la parodontite, et représentent la cause majeure de jetage chronique dans ces races.
•    extraction de la ou des dents responsables
•    curetage nasal
•    fermeture chirurgicale par lambeau muqueux ou palatin

Aspergillose naso-sinusale : on pourra proposer, selon les cas et les degrés d’atteinte, différents traitements :
•    traitement chirurgical local  par sinusotomie et mise en place de drain,
•    traitement mini-invasif par curetage sous guidage endoscopique et balnéation nasale ou mise en place d’un gel antifongique à effet retard.

Tumeurs naso-sinusales : en complément de la radiothérapie pour les tumeurs malignes, on choisira :
•    un traitement chirurgical  par rhinotomie/ curetage nasal, ou
•    un curetage sous guidage endoscopique.

Fox Terrier de 10 ans. Epistaxis bilatérale, respiration bruyante, baisse de forme, hyporexie. IRM, séquence T1 post-contraste, coupe dorsale de 3 mm. Masse hyperintense obstruant la moitié caudale de la cavité nasale D. Lyse osseuse multiple. Extension de la tumeur à la cavité nasale G (flèche bleue), l’espace orbitaire D (flèche verte) et la fosse olfactive intracrânienne (flèche rouge). Diagnostic final : adénocarcinome nasal très agressif.
Fox Terrier de 10 ans. Epistaxis bilatérale, respiration bruyante, baisse de forme, hyporexie. IRM, séquence T1 post-contraste, coupe dorsale de 3 mm.
Masse hyperintense obstruant la moitié caudale de la cavité nasale D. Lyse osseuse multiple. Extension de la tumeur à la cavité nasale G (flèche bleue), l’espace orbitaire D (flèche verte) et la fosse olfactive intracrânienne (flèche rouge). Diagnostic final : adénocarcinome nasal très agressif.
Greyhound de 5 ans. Suivi pour rhinite chronique diagnostiquée sur biopsies per-rhinoscopiques 3 mois plus tôt. Récente tuméfaction douloureuse en région du sinus frontale. Scanner, reconstruction osseuse, coupe transversale de 0,5 mm. Matériel de densité tissulaire en « placards » dans les sinus frontaux (flèches jaunes). Lyse localisée du plancher du sinus D (flèche bleue) avec passage de gaz sinusal dans la boîte crânienne (flèche verte). Raréfaction des cornets nasaux plus marquée du côté D (flèches rouges) Diagnostic final: aspergillose nasosinusale bilatérale avec lyse de la boîte crânienne et suspicion de méningite aspergillaire.
Greyhound de 5 ans. Suivi pour rhinite chronique diagnostiquée sur biopsies per-rhinoscopiques 3 mois plus tôt. Récente tuméfaction douloureuse en région du sinus frontale. Scanner, reconstruction osseuse, coupe transversale de 0,5 mm. Matériel de densité tissulaire en « placards » dans les sinus frontaux (flèches jaunes). Lyse localisée du plancher du sinus D (flèche bleue) avec passage de gaz sinusal dans la boîte crânienne (flèche verte). Raréfaction des cornets nasaux plus marquée du côté D (flèches rouges)
Diagnostic final: aspergillose nasosinusale bilatérale avec lyse de la boîte crânienne et suspicion de méningite aspergillaire.
Placards aspergillaires en endoscopie
Placards aspergillaires en endoscopie
Chat européen de 6 ans. Episodes d’épistaxis D depuis 3 semaines et épistaxis intense depuis 2 jours. Scanner, reconstruction tissulaire post-contraste, coupe parasagittale G de 1 mm. Petite masse très vascularisée oblitérant la lumière rostrale de la cavité nasale G (flèches bleues) sans agressivité sur les structures adjacentes. Diagnostic final : polype fibro-vasculaire nasal.
Chat européen de 6 ans. Episodes d’épistaxis D depuis 3 semaines et épistaxis intense depuis 2 jours.
Scanner, reconstruction tissulaire post-contraste, coupe parasagittale G de 1 mm. Petite masse très vascularisée oblitérant la lumière rostrale de la cavité nasale G (flèches bleues) sans agressivité sur les structures adjacentes.
Diagnostic final : polype fibro-vasculaire nasal.

Philippe Hennet, Dip AVDC, Dip EVDC
Spécialiste en Stomatologie et Dentisterie Vétérinaire

Hugues Gaillot, Dip ECVDI
Yannick Ruel, Dip ECVDI
Spécialistes en imagerie médicale