Départements (métropole et hors métropole) dans lesquels il est nécessaire de protéger les chiens contre les piqûres de moustiques et de phlébotomes ?

Les phlébotomes, vecteurs de la leishmaniose, sont cosmopolites mais surtout présents dans les régions chaudes (s’étendant au sud de la Loire). Les phlébotomes ne rentrent pas dans les habitations, donc seuls les chiens qui sortent sont exposés au risque. La saison classique des phlébotomes s’étend d’avril-mai à septembre-octobre mais cette saison peut varier en fonction des conditions climatiques. Depuis quelques années, les phlébotomes apparaissent de plus en plus tôt dans la saison (dès le mois de mars). La leishmaniose est par fréquente dans les D.O.M./T.O.M., notamment en Guyane.

Cartes empruntées au site esccap.fr : http://www.esccap.fr/maladies-vectorielles/leishmaniose.html

 

Carte d'Europe de la zone d'enzootie de la leishmaniose du chien
La leishmaniose canine en France

La fréquence de transmission des dirofilarioses par les moustiques et leur extension dépendent de nombreux facteurs environnementaux comme la température et la densité de population de moustiques. Cette distribution peut également être influencée par des facteurs socio-économiques, comme la densité de population canine et le déplacement des chiens infestés réservoirs de microfilaires, les mouvements d’animaux étant liés au tourisme, aux adoptions et au transport de ces animaux à partir des zones d’enzootie comme la Corse, le Nord de l’Italie, l’Espagne ou les DOM-TOM.

Dirofilaria immitis est enzootique en Espagne, aux îles Canaries, au Portugal, dans le sud de la France, le sud de la Suisse, en Italie, sur la côte Adriatique de l’Italie à la Grèce, en Turquie, en République Tchèque, en Slovénie, en Roumanie et en Bulgarie. Les zones d’enzootie de D. immitis et D. repens se chevauchent dans la plupart de ces régions. Cependant, D. repens est retrouvée seule dans les régions du nord de la France ou en Hongrie. Il faut noter que la densité de moustiques et le taux de maturation des larves infestantes chez le moustique peuvent fortement varier en fonction des conditions climatiques. Un accroissement des températures moyennes peut ainsi entraîner une extension des zones à risques et de la saison à risque, augmentant ainsi la prévalence globale des dirofilarioses.