Suivi de Désensibilisation (protocole monodose)

A PROPOS DU PROTOCOLE MONODOSE

Le protocole de désensibilisation que nous utilisons est un protocole simplifié, sans phase d’attaque. On injecte dès le premier jour la dose d’entretien[1].

Cette simplification du protocole rend la prescription et le suivi plus simples et améliore très significativement l’observance.

On peut associer à ce protocole l’administration quotidienne de cétirizine (1-2 mg/kg/j) pour les raisons suivantes :

  • limite les risques de réaction lors des injections de désensibilisation
  • améliore parfois sensiblement l’état des animaux
  • est utilisée en médecine humaine comme traitement adjuvant de la désensibilisation pour en augmenter l’efficacité.

On peut associer à ce traitement de fond tous les traitements symptomatiques imaginables (corticoïdes, ciclosporine, oclacitinib…).

EFFICACITE

L’efficacité de la désensibilisation n’est pas spectaculaire

Parmi les facteurs pronostics favorable :

  • pas de corticothérapie associée
  • traitement de plusieurs années
  • désensibilisation monoallergènes .

REACTIONS SYNDROMIQUES

On nomme réaction syndromique toute aggravation ou rechute des symptômes suivant une injection de désensibilisation.

Il s’agit dans la grande majorité des cas d’une réapparition ou d’une aggravation des symptômes : prurit, érythème. On peut traiter cette phase par une courte corticothérapie (3 jours). Si les symptômes réapparaissent à chaque injection, on peut soit diminuer les doses (0.5 au lieu de 0.8 ml), soit proposer une désensibilisation accélérée sur une journée (nous contacter).

S’il apparaît une réaction de type urticaire ou angioedème, interrompre la désensibilisation et nous contacter.

REACTIONS LOCALES

Parfois, une réaction indurée plus ou moins chaude et douloureuse apparaît au site d’injection dans les 24-72 heures. Une telle réaction peut être due à une injection intradermique. Il faut donc s’assurer du bon déroulement des injections. Chez les chiens de petite taille (<5 kg), de telles réactions sont fréquentes et dues au volume trop important d’adjuvant. C’est pourquoi nous prescrivons le plus souvent une injection mensuelle d’un volume de 0,5 ml.

QUE FAIRE LORS DES VISITES DE SUIVI ?

  • Vérifier que le traitement APE est correctement fait (mensuel)
  • Vérifier que les soins locaux sont faits correctement et ne provoquent pas d’irritation ou de dermatite de contact
  • Examen clinique complet, sans oublier les oreilles, les espaces interdigités, les lèvres et la région anale
  • Examen cytologique des zones lésées

RECHUTE DE LA DERMATITE ATOPIQUE

La dermatite atopique est typiquement une maladie qui évolue par poussées. Comme la désensibilisation est un traitement dont les effets ne sont souvent patents qu’après 6 à 9 mois, il est fréquent qu’un animal soit présenté en cours de traitement pour des crises plus ou moins importantes de dermatite atopique. Le traitement d’une poussée passe d’abord par le traitement des surinfections, puis une courte corticothérapie ou le recours à l’oclacitinib si nécessaire

Une absence d’amélioration est normale durant les 6 premiers mois de traitement. Toutefois, il ne faut pas confondre une absence d’amélioration avec une poussée de dermatite atopique.

AMELIORATION PUIS RECHUTE

Une amélioration pendant quelques mois, suivie d’une rechute est très fréquente. Il ne s’agit pas d’une nouvelle allergie, mais d’une nouvelle poussée que l’on doit traiter comme telle (contrôle des infections, puis du prurit). Une telle rechute ne remet pas en cause la désensibilisation.

QUE FAIRE APRES UN AN DE TRAITEMENT ?

Quelque soit le résultat il ne faut pas hésiter à continuer. En effet les résultats sont meilleurs après 3 ans de traitement !

Toutefois, si le propriétaire juge le traitement inefficace, on peut arrêter la désensibilisation.

Si l’animal présente des rechutes très espacées ou des lésions moins étendues ou moins graves, ou s’il est guéri, il faut continuer le traitement à vie avec une injection tous les 1 à 2 mois.

[1] Monodose allergen-specific immunotherapy for treatment of canine atopic dermatitis: preliminary safety study, N. COCHET-FAIVRE and P. PRELAUD, 22nd Annual Congress of the ESVD-ECVD,2007, Mainz, Germany