Régulateurs de croissance des insectes : toujours d’actualité

Par les Drs Sébastien Deleporte résident ECVD et Pascal Prélaud, diplômé ECVD, spécialiste en dermatologie

Les régulateurs de croissance des insectes ou IGR pour insect growth regulator sont des substances utilisées depuis plus de 20 ans dans la lutte contre les puces.

Leur mode d’action très spécifique en fait un outil élégant et sûr de lutte contre les insectes. Ils sont cependant largement sous-utilisés, probablement du fait de leur ancienneté sur le marché des antiparasitaires externes.

Il existe 2 grandes familles : les inhibiteurs de la synthèse de chitine et les analogues des hormones juvéniles. Ces molécules sont connues, mais peu utilisées alors qu’elles rentrent parfaitement dans la lutte intégrée contre les puces. Cette lutte intégrée consiste à agir contre les puces à tous les stades de développement et dans tous les endroits où elles vivent. Les régulateurs de croissance font donc partie intégrante de cette prise en charge. De part leur mécanisme d’action, ils traitent l’environnement en agissant sur les stades larvaires. Les inhibiteurs de la synthèse de chitine empêchent la formation de l’exosquelette et agissent dans l’œuf et sur les premiers stades larvaires. Les analogues des hormones juvéniles agissent par stimulation de l’hormone de régulation de croissance et inhibent donc l’évolution des larves vers la nymphe et entrainent la mort des larves. Ils peuvent donc être associés.

Aucune toxicité n’est rapportée et ces produits peuvent être utilisés chez les femelles gestantes. Les effets secondaires sont peu importants, voire négligeables, et se résument à une réaction locale (spot on et forme injectable) ou en cas d’ingestion (formes spot on).

La galénique de certains, comme la forme injectable semestrielle de lufénuron, en font des outils incontournables dans des espèces de maniement difficile comme le chat, notamment chez le chat d’intérieur (une injection tous les 6 mois pour moins de 8 euros par mois). La synergie prouvée de leur action avec les insecticides adulticides topiques en fait un atout pour les topiques en contenant (tableau I) (avec un surcout de 1 euros par mois par rapport à l’utilisation uniquement de spot on adulticides).

Il s’agit donc d’excellents produits à utiliser car ils s’intègrent parfaitement, avec une parfaite innocuité, dans la lutte contre les puces et les différentes formes galéniques permettent de choisir la plus adaptée en fonction de la durée d’action que l’on souhaite, le caractère du chat et la présence ou non de congénères.

 

Tableau I : Régulateurs de croissance utilisables chez le chien et le chat

Inhibiteurs de synthèse de la chitine Analogues des hormones juvéniles
Principales molécules Lufénuron S-méthoprène Pyriproxifène
Spécialité Program®

(uniquement chez le chat)

Broadline®, Frontline Combo®, Strectis® Spot on : Effipro duo®, Vectra®, Vectra Felis®

Spray ou diffuseur: Advanthome®, MP Habitat®, Parastop®, Pucid’Home®, Tiquanis Habitat®

Galénique Solution buvable (une fois par mois 10mg/kg

Injectable (tous les 6 mois) 40 ou 80mg/ chat

Spot on en association avec un adulticide

Spray ou diffuseur pour le traitement de l’environnement