Allergie aux venins d’hyménoptères : la désensibilisation la plus efficace

Par les Drs Pascal Prélaud, Noëlle Cochet-Faivre, spécialistes en dermatologie vétérinaire, diplômés du collège européen de dermatologie vétérinaire et les Drs Amaury Briand et Sébastien Deleporte, résidents ECVD

Advetia s’est fait une spécialité du diagnostic et de la prise en charge des maladies allergiques. Celle des allergies aux piqûres d’abeille ou de guêpe est très particulière, parce qu’elle se fait sur une journée d’hospitalisation avec des taux de réussite de désensibilisation proches de 100 %.

Diapositive1

Tous les hyménoptères (abeilles, guêpes, frelons…) munis d’un dard peuvent piquer un animal. Le comportement de certains animaux – chiots, chiens à la chasse, animaux curieux – peut les amener au contact de ces insectes. Si les conséquences de ces piqûres sont généralement bénignes, certaines peuvent être à l’origine de réactions allergiques graves et d’autres par leur localisation (larynx) ou leur multiplicité compromettre le pronostic vital. Ces accidents sont rares ou du moins rarement rapportés dans la littérature médicale vétérinaire (1-5). Le diagnostic est fait la plupart du temps par le propriétaire qui a assisté à la piqûre.

Allergènes

Les venins d’abeille, de guêpe et de frelon sont des mélanges de substances toxiques et allergisantes. Les principaux composants immunogènes sont l’antigène 5 (25 kD), des phospholipases et la hyaluronidase. Cette dernière étant présente dans tous les venins, son dosage est à la base de la standardisation de ces extraits allergéniques. Il existe peu ou pas de réactions croisées entre les venins d’abeille et guêpes.

Les effets toxiques ou pharmacologiques sont très variés et permettent de comprendre la symptomatologie lors de piqûres multiples. Ainsi la mélitine du venin d’abeille a une activité curarisante et hémolytique, l’apamine est un puissant neurotoxique et le MCD peut provoquer la dégranulation des mastocytes en l’absence de toute stimulation antigénique.

L’utilisation en médecine humaine de venins purifiés a permis de faire des progrès spectaculaires dans le traitement préventif des accidents allergiques dus aux piqûres d’hyménoptères. L’immunothérapie à l’aide de ces venins connaît un taux de succès de l’ordre de 95% chez l’homme (6).

IMG_20170724_172708

Chez le Chien, il est possible que les mêmes allergènes soient mis en cause, les extraits de venins à usage humain s’avérant tout-à-fait satisfaisants tant en diagnostic qu’en thérapeutique (1, 2).

Diagnostic

Cliniquement il est difficile de différencier les accidents toxiques des accidents immunologiques lorsqu’il s’agit de réactions localisées: érythème, œdème, douleur. Lors de réaction générale, les symptômes sont différents s’il s’agit d’une réaction toxique ou allergique.

L’anamnèse est un élément majeur du diagnostic. Le propriétaire rapporte l’existence d’une piqûre d’insecte et a souvent fait la diagnose d’espèce. Dans ce cas, le diagnostic allergologique a surtout pour but de faire la part entre réaction toxique et réaction allergique, afin de savoir s’il est utile de mettre en place une immunothérapie spécifique.

Les tests allergologiques ne sont indiqués que si, lors de l’accident, le pronostic vital est en jeu. Leur mise en œuvre n’a pour but qu’un choix thérapeutique. Ils se font au moins deux mois après l’accident allergique. On utilise des venins purifiés standardisés dans les mêmes conditions que chez l’homme, aux mêmes concentrations: de 1 µg/ml à 0,1 ng/ml, soit 5 dilutions sériées de raison 10.

La sensibilité et la spécificité de ces intradermoréactions sont de l’ordre de 80 à 90%. Sur le peu de cas recensés, les monosensibilisations sont de règle.

Traitement

Traitement de la crise

Lors de réaction locale, l’application d’anti-inflammatoires peut être indiquée. Lors de réaction étendue ou généralisée, si l’on intervient très tôt l’administration d’adrénaline par voie SC ou IM est indiquée.

Immunothérapie spécifique

C’est dans ce type d’allergie que l’on observe les meilleurs résultats chez l’homme (près de 100% de réussite !)(7).

On effectue une désensibilisation ultraccélérée (rush therapy) en 6 heures, qui nécessite une seule journée d’hospitalisation. Les doses sont doublées toutes les demi-heures pour arriver à une injection finale de 100 µg de venin. Des réactions syndromiques peuvent être observées quand les doses injectées dépassent 50 µg.

La dose d’entretien de 100 µg de venin est injectée tous les mois pendant toute la vie de l’animal.

 

  1. Prélaud P. Allergologie canine. Paris: Masson-PMCAC; 2008.
  2. Boord MJ, Griffin CE, Rosenkrantz WS, editors. Sensitivity to hymenoptera venom before and after hymenoptera immunotherapy. Prc. AAVD; 2005.
  3. Cowell AK, Cowell RI. Management of bee and other hymenoptera stings. In: Bonagura JD, Kirk RW, editors. Kirk’s Current Veterinary Therapy XII. Philadelphia: Saunders; 1995. p. 226-7.
  4. Cowell AK, Cowell RI, Tymer RD, Nieves MA. Severe systemic reactions to hymenoptera stings in three dogs. JAmerVetMedAssn. 1991;198:1014-6.
  5. Wysoke JM, VanDen Berg PB, Marchall C. Bee sting-induced haemolysis and neural dysfunction in three dogs. TvdskrSAfrVetVer. 1990;61:29-33.
  6. Paupe G, Paupe J. Allergie aux piqûres d’hyménoptères. In: Paupe J, Scheinmann P, De Blic J, editors. Allergologie Pédiatrique. 2 ed. Paris: Flammarion Médecine Sciences; 1994. p. 484-501.
  7. Sicherer SH, Leung DY. Advances in allergic skin disease, anaphylaxis, and hypersensitivity reactions to foods, drugs, and insects. J Allergy Clin Immunol. 2007 Apr 3.