Quand la peau est le reflet d’une maladie interne chez le Chat

Par les Drs Pascal Prélaud, Noëlle Cochet-Faivre, spécialistes en dermatologie vétérinaire, diplômés du collège européen de dermatologie vétérinaire et les Drs Amaury Briand et Sébastien Deleporte, résidents ECVD

La dermatologie féline peut prendre des aspects très énigmatiques dès que l’on sort des dermatophytoses et dermatite éosinophiliques. Certaines de ces dermatoses sont des signes d’appel forts de l’existence d’une maladie ou d’un cancer viscéraux.

Pelage terne, squamosis

Toutes les maladies débilitantes ou ayant une répercussion sur le comportement de toilettage ont une conséquence cosmétique immédiate et souvent spectaculaire (ex ; hyperthyroïdie).

Fragilité cutanée

La cause quasi-exclusive de fragilité (et d’atrophie) cutanée est l’hypercorticisme iatrogène ou spontané chez le Chat.

Diapositive1

Alopécie

Une alopécie bilatérale et symétrique, avec ou sans prurit, localisée ou étendue, si elle est accompagnée d’une dermatite à Malassezia (à l’origine du prurit) ou d’un aspect brillant de la peau doit faire recherche l’existence d’une tumeur digestive (pancréas le plus souvent).

Diapositive3

Dermatite exfoliative

Une dermatite exfoliative étendue doit toujours évoquer un syndrome paranéoplasique : folliculite murale paranéoplasique si alopécie et squamosis fin ou manchons pilaires, thymome lors de squamosis exubérant et larges plaques épaisses (photo).

Diapositive5

Dermatite éosinophilique grave

Lors de forme grave étendue et atypique de plaques éosinophilique, notamment chez de jeunes animaux, il est nécessaire de rechercher l’existence d’une hyperéosinophilie sanguine ? En effet, les signes cutanés, s’ils ne sont pas systématiques lors de syndrome hyperéosinophilique, ils n’en demeurent pas mois très spectaculaires et invalidants

Nodules ou empâtements

Tous les nodules ou empâtement doivent faire l’objet d’un examen cytologique et à défaut d’une biopsie. Ils peuvent être associés à une infection bactérienne ou fongique profonde ou systémique) ou des processus néoplasiques graves (lymphome, histiocytose, mastocytome, métastases de tumeurs pulmonaires, cf photo…).

Diapositive6

Dermatoses infectieuses graves ou rebelles

Les infections opportunistes et les formes rebelles de dermatophytose doivent faire rechercher une cause déficit immunitaire : iatrogène (corticoïdes, ciclosporine), maladie débilitante, infection rétrovirale.