Sondage sur la pratique de la désensibilisation

Voici les résultats d’un sondage que nous venons de faire auprès de vétérinaires exerçant en Ile de France, sur la pratique des tests allergologiques et de la désensibilisation.

Alors que la DAC est aujourd’hui la principale cause de prurit chez le chien et la désensibilisation le seul traitement étiologique potentiel, 40% des vétérinaires ne font presque jamais de tests allergologiques. Lorsqu’ils le font, c’est en ayant recours aux tests in vitro (85%) plutôt qu’aux tests cutanés. Ces tests sont aussi utilisés pour l’exploration d’autres affections comme les allergies aux aéroallergènes chez le chat (22 %) et l’allergie aux piqûres de puces chez le chien (28%) et le chat.

Seul un quart des vétérinaires effectue un choix raisonné des allergènes pour la mise en place de la désensibilisation. Par contre 30% semblent avoir déjà adopté les protocoles simplifiés sans phase d’attaque, plus simples à mettre en place et à suivre.

La perception de l’efficacité du traitement est très mitigée, 60% des sondés la considérant comme moyennement efficace et seulement 21% comme efficace.

Il ressort de cette photographie très partielle de nos pratiques que l’allergologie chez le chien est abordée de façon variable selon les praticiens. Il existe toutefois une tendance à privilégier les règles imposées par les laboratoires et non à suivre une logique médicale ou scientifique, comme cela est depuis très longtemps recommandé en médecine humaine. Il reste donc un long travail pour communiquer sur la nécessité de :

  • Proposer tests allergologiques et désensibilisation à tout chien atopique  non contrôlé par des mesures d’hygiène ;
  • Effectuer un choix raisonné d’une désensibilisation en tenant compte des tests allergologiques, mais aussi des réactions croisées, de l’intérêt réel des allergènes en thérapeutique et de l’interférence de certains extraits dans un mélange ;
  • Privilégier les tests cutanés, parce qu’ils ne dépendent pas de témoins d’étalonnage qui hélas n’existent pas in vitro (pas de sérums étalon pour chaque allergène).

Diapositive1Diapositive2Diapositive3Diapositive4Diapositive5