Otologie : 3. Bouchons proximaux : pas toujours bénins et sous-diagnostiqués

Bouchons de cérumen obstruant la région proximale chez deux chats. A droite, ce bouchon est associé à une otite externe

Les bouchons proximaux sont des bouchons obstruant la région proximale des méats acoustiques, c’est-à-dire la région proche ou jouxtant le tympan. Il peut s’agir de cérumen, de poils ou lors d’otite suppurée de pus et débris épithéliaux.

Bouchons cérumineux chez un chat
Bouchons de cérumen obstruant la région proximale chez deux chats. A droite, ce bouchon est associé à une otite externe
Oreille_hypertrichose_bouchon
Touffe de poils obstruant la région proximale des méats acoustiques chez un bichon maltais
Otite_suppurée_bouchons
Bouchon nécro-purulent obstruant la région proximale d’un méat acoustique, aspect après nettoyage

Cliniquement la majeure partie de ces bouchons sont asymptomatiques mais ils peuvent provoquer une gêne et l’animal alors se secoue la tête ou se gratte les oreilles. C’est même la première cause de prurit auriculaire chez le chat adulte.

PrurtFacial_chat_otite
Excoriations dues à un prurit auriculaire dont l’origine est un bouchon proximal. Noter à droite les fibres cicatricielles sur le tympan après exérèse du bouchon

Les autres conséquences de la présence de bouchons sont :

  • œdème ou fibres cicatricielles sur le tympan
  • hypoacousie, surdité partielle
  • fissures tympaniques
  • rechute d’une otite externe suppurée

Le diagnostic repose sur l’examen otoscopique ou otoendoscopique en milieu sec ou liquide.

Video-otoscopie
Examen oto-endoscopique et introduction d’une sonde pour irrigation

Le traitement repose sur l’utilisation de produits détersifs et céruménolytiques, suivie d’une irrigation ou flushing du méat acoustique. Les bouchons très compacts peuvent être extraits à l’aide d’une pince ou d’une curette.

Otite_bouchon_pince_tympan
Extraction d’un bouchon cérumineux à l’aide d’une pince par voie endoscopique

Le relai est pris avec des soins céruménolytiques doux proactifs en continu (squalène, polyéthylène glycol… une à deux fois par semaine)