Alopécie chez le Cobaye

Pr les Drs JF Quinton, DV, Dip ECZM, P Prélaud, DV, dip ECVD, A Briand, DV, résident ECVD

Les alopécies non-inflammatoires sont des motifs de consultation fréquents chez le cobaye. La principale cause est dans notre expérience liée à des dysfonctionnements ovariens, mais de nombreuses autres causes existent, ce qui impose une démarche diagnostique rigoureuse.

Diagnostic différentiel

Tableau n° 1 : Diagnostic différentiel des alopécies non-inflammatoires chez le cobaye

Etiologie Principale caractéristiques Examen diagnostique
Physiologique Zones d’alopécie caudalement aux pavillons auriculaires
Hypotrichose congénitale Etendue ou partielle, dès la naissance Histologie
Alopecia areata  Bilatérale symétriques, bords francs Histologie
Picage Dos, fractures pilaires Trichogramme
Kystes ovariens Bilatérale symétrique, tronc et membres postérieurs, limites diffuses Echographie abdominale
Hypercorticisme Bilatérale symétrique tronculaire Echographie abdominale, cortisolémie
Hyperthyroidie Dépilation irrégulière Thyroxinémie

Echographie

Scanner, IRM

Scintigraphie

Hypothyroïdie stade avancé  Alopécie bilatérale en fin d’évolution Thyroxinémie
Effluvium Apparition brutale suite à un stress Histologie
Dermatophytie * Nummulaire, face et membres surtout Culture fongique
Lymphome cutané* Début d’évolution : alopécie ventrale ou tronculaire d’aspect non inflammatoire Histologie

* Une alopécie est dite non inflammatoire quand il n’y a aucun autre signe dermatologique associé. Bien que les lymphomes et les dermatophyties aient une composante inflammatoire, leur aspect clinique peut dans les stades débutants être confondu avec une alopécie non inflammatoire, c’est pourquoi elles sont incluses dans le diagnostic différentiel.

Commémoratifs, anamnèse

Les conditions de vie, l’évolution de l’alopécie et les éventuelles comorbidités sont les principaux éléments permettant d’orienter fortement le diagnostic

  • Âge d’apparition des symptômes
  • Présence ou non de congénères
  • Alimentation et compléments alimentaires : La carence en vitamine C provoque une augmentation importante du taux de cortisol salivaire et une hypertrophie surrénalienne.
  • Polyuropolydipsie en cas de Cushing
  • Polyphagie avec amaigrissement en cas d’hyperthyroïdie
  • Troubles du comportement, notamment lors d’hyperthyroïdie : hyperactivité, hyperesthésie, tendance à dormir dans des endroits inhabituels
  • Période de reproduction, allaitement ou mise bas
  • Baisse de l‘état général, perte ou prise de poids
  • La contagion aux autres animaux, aux humains (dermatophytie)

Examen clinique

On observe parfois une altération de l’état général lors d‘hyperthyroïdie, d’hypercorticisme ou de kystes ovariens d’évolution ancienne.

Hypercorticisme_cobaye
Hypercorticisme chez un cobaye : Alopécie tronculaire, gynécomatie

La présence d’un nodule palpable en région de la gorge n’est pas pathognomonique de l’hyperthyroïdie mais est un signe d’appel fort.

La palpation abdominale permet souvent de suspecter l’existence d’anomalies ovariennes. Ils sont parfois si volumineux que l’abdomen prend une forme de poire. Hypertrophie vulvaire et clitoridienne, hyperkératose des mamelons sont souvent associés.

Kyste_ovaire_Cobaye
Kyste ovarien chez un cobaye : alopécie, déformation abdominale, gynécomastie

Examens complémentaires

L’examen trichoscopique peut être intéressant pour orienter le diagnostic (endocrinopathie, comportement, alopecia aerata, dermatophytose) et les raclages indispensables pour le diagnostic d’une éventuelle ectoparasitose.

Souvent l’échographie abdominale est le second examen de choix permettant le diagnostic des principales endocrinopathies (mise en évidence de kyste ovarien, de tumeur utérine fréquemment associée, d’hypertrophie surrénalienne). L’échographie de la thyroïde, associée à une cytoponction (si la masse est exfoliative), est également un des moyens diagnostiques de l’hyperthyroïdie.

Echographie_cobaye_ovaire
Aspect échographique d’un kyste ovarien chez un cobaye

Les biopsies cutanées n’ont d’intérêt que lors de suspicion de dermatoses rares non endocriniennes ou lors de suspicion de lymphome.

AlopeciaAreata_cobaye
Alopecia areata chez un cobaye : alopécie tronculaire et faciale à bords francs

La biochimie sanguine ne révèle en général pas de modifications particulières, bien que les ALT soient en général légèrement augmentées lors d’hyperthyroïdie.

Les tests hormonaux sont intéressants dans le diagnostic de l’hypercorticisme et de l’hyperthyroïdie (s’adresser à des laboratoires ou utiliser des automates calibrés pour cette espèce).

L’hypothyroïdie du cobaye  est en général associée à une concentration de T4 < 1 µg/dL

Il existe chez le cobaye une forte corrélation entre la cortisolémie plasmatique et le taux de cortisol salivaire. Ce dernier dosage rend le prélèvement plus facile et limite le stress induit. Il n’y a pour l’instant pas de laboratoire réalisant le cortisol salivaire en France. L’intervalle de référence du cortisol plasmatique chez le cobaye est de 5-30 µg/dL (soit 50-300 ng/ml). La mesure de la cortisolémie basale n’a que peu d’intérêt chez le cochon d’Inde (grandes variations en fonction de l’activité sexuelle, du rythme circadien, de l’environnement, du stress lié au prélèvement lui même…). En revanche, un test de stimulation à l’ACTH permet de mettre en évidence une hyperactivité surrénalienne chez les cobayes atteints d’hypercorticisme (injection de 20 UI d’ACTH IM, mesure à T0 et T0+4H).

Le scanner, l’IRM sont utiles pour le diagnostic des tumeurs thyroïdiennes.

1) Enwonwu CO, Sawiris P. Chanaud N. Effect of marginal ascorbic acid deficiency on saliva cortisol level in the guinea pig. Arch Oral Biol 1995; 40.737–742.

2) Suckow MA, Stevens, KA, Wilson RP (Eds): The Laboratory Rabbit, Guinea Pig, Hamster, and Other Rodents. Elsevier, 2012

3) Zeugswetter, F., Fenske, M., Hassan, J., Künzel, F. (2007) Cushing’s syndrome in a guinea pig. Veterinary Record 160, 878-880.