Calendrier de l’Avent : 23. La fin du pas d’âne

Plusieurs cas de cécité (temporaire à définitive) ou de déficits cérébraux suite à l’utilisation de pas d’âne ont été rapportés dans la littérature chez des chats anesthésiés ces dernières années (Jurk IR et al, Vet Ophtalmol 2001; Son W et al, J Vet Clin, 2009; Stiles J et al, Vet J, 2012; De Miguel Garcia C et al, Vet Anaesth Analg, 2013). L’utilisation de pas-d’âne de plus de 30mm, notamment ceux à ressort, est désormais à proscrire en raison de leur effet néfaste sur la vascularisation cérébrale et rétinienne par la compression de l’artère maxillaire (cf figure), afférent principal du cercle artériel cérébral chez cette espèce, entre l’angle mandibulaire et la bulle tympanique (Barton-Lamb AL et al, Vet J, 2013; Martin-Flores M et al, Vet J, 2014; Scrivani PV et al, Vet Radiol Ultrasound, 2014). L’ouverture inter-incisive maximale du chat est de 62 +/- 8mm (Gracis M & Zini E; Frontiers Vet Sci, 2016).

Diapositive1

L’utilisation du pas d’âne demeure inutile par l’emploi de protocoles anesthésiques multimodaux, procurant une anesthésie adéquate (inconscience, myorelaxation et analgésie suffisantes), même lors d’interventions nécessitant une ouverture de la bouche (e.g. chirurgies orales ou pharyngo-laryngées, fibroscopies oeso-gastro-duodénales (FOGD)). L’utilisation alternative d’écarteurs labiaux, de bouchons d’aiguille, voire de corps de seringue coupés à une longueur maximale de 30mm peut être envisagée lorsque la situation l’exige.

 

Par le Dr Mihai Guzu, résident EVDC