Mercredi Imagerie : 9. Dyspnée chez un chien nu chinois

Commémoratifs
Chien chinois, mâle, âgé de 8 ans, présentant une dyspnée avec des bruits respiratoires d’intensité augmentée. Petite masse cervicale ventrale droite à la palpation.

Technique
Examen scanner de la tête et du cou avec reconstructions tissulaires après injection intra-veineuse de produit de contraste iodé. A : plan dorsal en région cervicale ventrale (ST= sonde trachéale). B1 et B2 : plan transverse, les niveaux de ces coupes sont indiqués en jaune sur l’image A.

Diapositive1

Description
La paroi droite du larynx est le siège d’une masse (flèches roses) de densité tissulaire homogène, mesurant 3 cm de longueur sur 1cm d’épaisseur. Les structures hyperdenses (rehaussement intense) droite et gauche à proximité de la masse sont les glandes salivaires mandibulaires normales (GS). Caudalement à la masse pariétale laryngée le noeud lymphatique rétropharyngé médial droit (astérisque bleu) est hypertrophié, homogène et isodense à la masse laryngée. Le noeud lymphatique gauche est de taille normale (astérisque vert).

Diapositive2

Diagnostic différentiel
L’aspect des lésions observées est très évocateur d’un processus tumoral des tissus mous du larynx avec métastase lymphatique régionale. Un carcinome et un lymphome du larynx sont considérés.

Diagnostic final
La localisation des lésions, proches du plan cutané sans plan intermédiaire gazeux ou osseux offre une fenêtre acoustique pour un examen échographique. C1 est une coupe échographique longitudinale et C2 une coupe transversale de la lésion laryngée. Des cytoponctions échoguidées de la masse laryngée et du noeud lymphatique rétropharyngé médial droit sont réalisées sous guidage échographique. Les examens cytologiques et immunohistochimiques révèlent la présence d’un lymphome T.
La lésion laryngée a été l’objet d’une radiothérapie et un traitement à la lomustine a été mis en place. Deux mois après le début du traitement l’animal ne présente plus de trouble clinique et un scanner de contrôle montre une régression complète de la lésion laryngée et de l’adénopathie.