Place des Médecines ALternatives en Oncologie Vétérinaire

Se tourner vers des thérapies alternatives complémentaires est légitime. L’acupuncture peut, par exemple, aider à contrôler la douleur liée au cancer. Ces médecines, moins conventionnelles, peuvent apporter des bénéfices à votre animal.

Cependant, certaines recettes utilisées chez l’Homme pourraient être dangereuses pour votre animal, et dans certains cas pourraient diminuer l’efficacité du traitement mis en place.

L’approche intégrative se définit comme le recours simultané aux médecines conventionnelles et complémentaires dans la prévention ou le traitement d’une maladie. Elle tient une place importante en cancérologie. En effet, près d’un quart des humains souffrant de cancer, et jusqu’à 90% des femmes avec un cancer du sein, utilisent des médecines complémentaires dans le cadre de leur traitement anti-cancer (principalement la phytothérapie). Aux Etats-Unis, deux propriétaires d’animal atteints de cancer sur trois utilisent des médecines complémentaires, principalement la phytothérapie et l’acupuncture.

Communiquez avec l’équipe médicale afin de la tenir informée des traitements que pourrait recevoir votre animal en dehors de ceux prescrits par l’équipe médicale.

Phytothérapie en cancérologie vétérinaire

Peu d’études à haut niveau de preuve ont évalué l’apport de la phytothérapie dans la stratégie thérapeutique en cancérologie chez le chien et le chat. Parmi les plantes, nous retiendrons essentiellement l’utilisation d’extrait de chardon-Marie, de gui blanc et de carthame, et pour les champignons, l’utilisation d’extrait de Coriolus versicolor.

Place de l’acupuncture chez l’animal atteint de cancer

D’un point de vue strictement physiologique, l’acupuncture implique la stimulation des fibres nerveuse δA entrainant la production d’opioïdes endogènes (encéphalines), de cytokines anti-inflammatoires, et/ou de neuropeptides, et peut participer à l’inhibition des fibres nerveuses de type C dans la corne dorsale de la moelle épinière.

Plusieurs études ont clairement démontré l’apport de l’acupuncture dans la prise en charge de la douleur et des nausées chez le chien et le chat.

Une application dans la prise en charge de la douleur cancéreuse, et surtout dans la limitation des effets secondaires des chimiothérapies à doses maximales tolérées, est donc envisageable chez l’animal atteint de cancer. Une étude prospective sur l’apport de l’acupuncture chez les chiens atteints de lymphomes est actuellement en cours dans différents centres américains, et des données complémentaires sont attendues dans les prochains mois.