Anti-CCD, une bonne raison de préférer les tests cutanés aux dosages d’IgE

Lorsque l’on effectue des tests allergologiques in vitro, il arrive que certains patients présentent une apparente sensibilisation à tous les pollens et plus particulièrement aux Graminées. Cette apparente sensibilisation est en fait un artéfact dû à la présence d’anticorps dirigés contre des sucres à la surface des allergènes. Ces oses, appelés CCD pour cross-reactive carbohydrate determinant, sont communs aux allergènes polliniques et à de nombreux allergènes alimentaires. L’existence d’IgE spécifiques des CCD est sans conséquence clinique chez l’homme. Par conséquent, un patient présentant des tests positifs in vitro à une multitude d’allergènes n’est pas  polysensibilisé et n’est le plus souvent même pas allergique à un seul pollen. De tels profils de résultats sont observés depuis longtemps chez le chien, mais à des fréquences plus faibles. Plusieurs études ont montré que, comme chez l’homme, il s’agit d’IgE spécifiques de CCD [1, 2]. Curieusement cette sensibilisation est sans aucune conséquence clinique. Il s’agit d’une source de résultats faussement positifs dans la lecture des tests in vitro. Une étude a montré chez le chien que le pourcentage de résultats erronés (faussement positifs) est de l’ordre de 25% [1]
Même si cela est moins pratique, il est plus judicieux d’effectuer en première ou en deuxième intention des tests cutanés qui, eux, ne présentent pas ces inconvénients.

1. Levy BJ, DeBoer DJ: A preliminary study of serum IgE against cross-reactive carbohydrate determinants (CCD) in client-owned atopic dogs. Vet Dermatol 2018.
2. Kreil-Ouschan C, Mlejnek S, Wagner R, Weiss M, Weber C, Elisabeth M: Cross-reactive carbohydrate determinant (CCD) binding in seasonal allergy tests in dogs. In: WSAVA: 2017; Copenhagen; 2017.

Et plus d’infos techniques sur la dermatite atopique canine sur notre blog dédié à cette maladie