Calendrier de l’Avent : 23. Que surveiller à la maison pour savoir si mon animal cardiaque décompense de sa cardiopathie ?

Une insuffisance cardiaque congestive gauche chez le chien et le chat se manifeste par la présence des difficultés respiratoires en raison de la présence d’un œdème pulmonaire (+/- un épanchement pleural chez le chat). Les difficultés respiratoires incluent la tachypnée (augmentation de la fréquence respiratoire) et la dyspnée (mouvements respiratoires difficiles). Les propriétaires dont les animaux souffrent d’une pathologie cardiaque ou ceux qui ont déjà eu l’expérience d’un animal qui a présenté un œdème pulmonaire sont souvent inquiets et nous demandent s’il y a quelque chose qu’ils pourraient faire afin de surveiller mieux leur animal et de l’amener chez le vétérinaire avant d’être en crise de détresse respiratoire.

En effet, nous demandons souvent aux propriétaires des animaux cardiaques de surveiller leur respiration et de mesurer la fréquence respiratoire à la maison. Mais, quelle est la fréquence respiratoire attendue d’un chien ou d’un chat qui a déjà présenté une insuffisance cardiaque congestive gauche auparavant et qui est actuellement stabilisé avec un traitement ?

C’est bien à cette question qu’ont essayé de répondre Porciello et coll. avec leur étude publiée en 2016 dans le Veterinary Journal. Ils ont fait mesurer à la maison par les propriétaires la fréquence respiratoire pendant le sommeil et au repos de 51 chiens et de 22 chats qui avaient déjà été présentés auparavant pour une insuffisance cardiaque congestive gauche stabilisée sous traitement médical. La médiane de fréquence respiratoire pendant le sommeil est de 20 respirations/minute chez le chien (min-max : 7-39). Huit chiens avaient en moyenne ≥ 25 respirations/minute et seulement 1 chien avait ≥ 30 respirations/minute. Chez le chat, la fréquence respiratoire pendant le sommeil est de 20 respirations/minute (min-max : 13-31). Quatre chats avaient en moyenne ≥ 25 respirations/minute et seulement 1 chat avait ≥ 30 respirations/minute. Ces fréquences sont indépendantes des doses de diurétiques en cours et restent stables avec très peu de variabilité intra-jour. La fréquence respiratoire au repos est de 24 respirations/minute chez le chien (min-max : 12-44) ; 17 chiens ont ≥ 25 respirations/minute, 7 chiens ont ≥ 30 respirations/minute et 2 chiens ont > 40 respirations/minute. La fréquence respiratoire au repos chez le chat est de 24 respirations/minute (min-max : 15-45) ; 5 chats ont en moyenne ≥ 25 respirations/minute, 1 chat a ≥ 30 respirations/minute et 2 chats ont ≥ 40 respirations/minute.

Ces données suggèrent que lorsque l’insuffisance cardiaque congestive gauche est bien contrôlée médicalement les chats et les chiens ont une fréquence respiratoire stable à la maison qui est < 30 respirations / minute. Les cliniciens et les propriétaires peuvent donc utiliser ces données pour essayer de déterminer comment mieux contrôler l’insuffisance cardiaque congestive gauche.

Par le Dr Vasiliki GOUNI, spécialiste en cardiologie

* Porciello F et coll. Sleeping and resting respiratory rates in dogs and cats with medically-controlled left-sided congestive heart failure. Vet J. 2016;207:164-168.