Effet rebond des corticoïdes lors de dermatite atopique : mythe ou réalité ?

age, medicine, health care and people concept - close up of senior woman cupped hand with pills at home or hospital

Il est courant de décrier le recours aux corticoïdes tant chez le chien que chez l’homme, en incriminant un potentiel effet rebond. Cet effet est caractérisé par une rechute de la maladie plus sévère que les poussées initialement observées. Récemment, des auteurs, dans une lettre dans le journal of dermatological treatment, sont revenus sur ce sujet en montrant que ce concept n’est basé chez l’homme que sur deux publications qui font en fait état de rechutes, mais non de véritable effet rebond[1]. Ceci apparaît tant lors de l’arrêt de la corticothérapie, que lors de la diminution de la posologie. Il peut s’agir de l’évolution normale d’une dermatite atopique (DA), sans forcément un phénomène de rebond à proprement parler. Il est donc erroné de discréditer le recours aux corticoïdes systémiques dans le traitement d’une poussée de DA sous ce prétexte. En médecine vétérinaire les choses sont encore plus simples, puisqu’il n’existe aucune publication sur ce sujet.
Par contre, les effets rebonds de la corticothérapie s’observent lors d’infection bactérienne ou fongique, ce qui est extrêmement fréquent chez le chien[2].
La corticothérapie systémique est donc utilisable sans risque majeur d’aggravation d’une DA dès lors qu’il n’existe pas d’infection virale, bactérienne ou fongique. Cela ne veut pas dire qu’elle est indiquée dans le traitement de toutes les poussées loin s’en faut, notamment chez le chien. En effet, chez ce dernier les infections sont de mise dans la grande majorité des poussées et nous disposons d’outils de contrôle du prurit ayant une excellente innocuité, que ne possèdent pas encore nos collègues dermatologues humain.
Le traitement symptomatique, même d’une simple poussée, exige systématiquement le diagnostic des infections par un examen cytologique. Une habitude bien ancrée dans le monde vétérinaire, qui permet d’utiliser désormais à bon escient corticoïdes ou médicament ciblant l’IL-31.

En savoir plus sur la dermatite atopique canine

1.    Mansouri AD, Taheri A, Mansoori P: Rebound of atopic dermatitis as a complication of using systemic glucocorticoids; a myth or a fact? J Dermatolog Treat 2018:1.
2.    Prélaud P: Syndrome dermatite atopique canine. In: Encyclopédie Médicochirurgicale Vétérinaire. edn. Paris: Elsevier; 2018: DE1200.