TECA-LBO

La TECA-LBO (total ear canal ablation-lateral bulla osteotomy) est une technique chirurgicale très minutieuse qui offre une solution définitive et optimale pour toutes les atteintes graves et irréversibles de l’oreille externe et moyenne.

Les lésions les plus communément traitées avec cette procédure sont les otites externes chroniques à un stade terminal, les tumeurs auriculaires et le cholestéatome (ou tympanokératome).

La connaissance de l’anatomie est l’élément primordial pour réussir cette intervention, la région étant riche de structures nerveuses et vasculaires qui doivent être obligatoirement évités par le chirurgien.

PRINCIPE

La TECA-LBO consiste dans l’exérèse du canal auditif dans sa totalité en partant du méat acoustique externe jusqu’à l’entrée de la bulle tympanique. Ce geste est accompagné par l’ouverture de la bulle tympanique par ostéotomie/ostectomie latérale afin de retirer la totalité de la muqueuse ou du matériel qui se trouve à l’intérieur.

Même si certaines lésions peuvent n’intéresser que la partie externe du méat acoustique, l’ouverture et le nettoyage de la bulle tympanique sont toujours réalisés afin de minimiser les risques de récidive ou d’infection.

En effet les résidus de muqueuse  ou de canal auditif peuvent provoquer des infections, même longtemps après l’intervention chirurgicale (6 mois, voire plusieurs années).

Ils existe néanmoins quelques indications d’une simple ablation d’une portion de canal : petites masses superficielle sans surinfection du canal auditif ou certaines lésions traumatiques.

TEMPS CHIRURGICAUX

Le retrait du canal auditif nécessite la réalisation d’une dissection mousse au plus près du cartilage afin d’éviter de léser l’artère auriculaire médialement et le nerf facial latéralement et ventralement.

L’ouverture de la bulle tympanique se fait à l’aide d’une pince gouge ou d’un moteur de neurochirurgie. La taille de l’ouverture est un sujet très discuté. Il n’existe pas de consensus. Réaliser une ouverture trop ventrale expose à des risques d’hémorragie par la proximité de  l’artère maxillaire ou même de la carotide interne.

Il ne semble  pas nécessaire de réaliser une très grande ouverture, même ce cela permet de visualiser et explorer au mieux l’intérieur de la bulle. L’utilisation de loupes ou d’une lumière frontale est à préconiser afin de perfectionner le geste chirurgical.

La bullotomie latérale peut s’avérer difficile chez les races brachycéphales, en particulier le bouledogue français et le carlin. Ces races présentent une bulle tympanique très petite, avec une paroi épaisse et d’accès difficile car encaissée médialement dans le ramus mandibulaire, en regard de l’articulation temporomandibulaire.

VARIANTES

Une chirurgie bilatérale dans le même temps anesthésique peut être pratiquée en respectant des temps d’anesthésie raisonnables et elle ne semble pas augmenter le taux de complications ou de récidive mais un accent particulier sera mis sur l’analgésie.  

SOINS POSTOPERATOIRES

Le contrôle de la douleur est particulièrement important pour cette procédure. Une approche analgésique multimodale est donc à envisager.

Néanmoins la récupération postopératoire est généralement très rapide. Une hospitalisation d’environ 24 heures est suffisante pour le contrôle de la douleur postopératoire.

COMPLICATIONS

Le pourcentage de complications rapporté dans littérature est élevé (82 %), si l’on tient compte de complications même modérées, réversibles et irréversibles : sérome, infection, déhiscence, hémorragie, lésions neurologiques et hyacousie.

Les infections postopératoires sont peu fréquentes après une TECA-LBO (2 et 12 %). Le risque est plus élevé lors de tympanokératome ou d’infection profonde.

Le conduit auditif, surtout lors de sténose, ne peut pas être désinfecté correctement avant la chirurgie. Le site est alors est inévitablement contaminé, d’autant plus que la majorité des oreilles présentent des infections sévères à Gram- ou à germes multirésistants.

Les infections postopératoires peuvent se manifester jusqu’à 2 ans après la chirurgies sous forme d’abcès parauriculaire, fistulisation ou parfois juste par une douleur à la mastication.  

Le lésions neurologiques les plus courantes sont : une parésie du nerf facial, un syndrome vestibulaire et un syndrome de Claude Bernard Horner. Ce dernier est très fréquent chez le chat.

La TECA-LBO est associée à environ 25% de risques de lésions du nerf facial, dont seules la moitié sont des lésions définitives. Les patients atteints peuvent manifester une sialorrhée importante du côté atteint et surtout des lésions oculaires à cause de la fermeture incomplète des paupières et de la sècheresse de la cornée secondaire à la réduction de la production de larme.

Paralysie faciale droite, avec ptose des lèvres et des paupières

La sauvegarde du nerf n’est pas envisageable en cas de masse tumorale du conduit auditif ou pour les masses et abcès para-auriculaires très volumineux. Le risque de lésion n’est pas associé à la race ou type de chien opéré.

Le risque d’hémorragie peropératoire intéresse environ le 3% des patients dans les données de la littérature. Le respect de la technique opératoire et l’utilisation d’une dissection minutieuse permettent d’éviter les vaisseaux les plus importants, comme par exemple la veine retro-glénoïde positionnée crânialment à la bulle tympanique.

La perte d’audition est inévitable pour cette procédure. Néanmoins la plupart des patients ont déjà souffrent déjà d’une hypoacousie majeure avant l’intervention. D’autre part l’hypoacousie est modeste lors que les bulles tympaniques ne sont pas comblées par un tissu cicatriciel.

Lors de dermatite atopique, il est fréquent que les lésions persistent sur la zone cicatricielle, nécessitant a poursuite des soins locaux

Par le Dr Diego Rossetti, Dip ECVS, spécialiste en chirurgie, chef du service de chirurgie