Adénite Sébacée : la plaie de l’Akita, mais pas seulement

L’adénite sébacée est une maladie inflammatoire qui détruit les glandes sébacées (adénite = inflammation d’une glande). Elle est peu fréquente chez le chien, l’incidence la plus élevée étant rapportée chez les chiens adultes jeunes ou d’âge moyen des races suivantes : caniche, braque hongrois, bichon, Akita inu et samoyède. Elle est si fréquente chez l’Akita que l’on parle parfois de la « maladie de l’akita »

C’est une maladie d’origine génétique dont les gènes n’ont pas été identifés.

La destruction par le système immunitaire (lymphocytes) des glandes sébacées (située à la base des poils) entraine au sein du follicule pileux une réaction d’hyperkératose. C’est ainsi que se forment de véritables manchons pilaires à la base des poils, provoquant une dépilation, un aspect très gras de la peau et se compliquant d’infections bactérienne. Dans les cas graves, l’aspect de l’animal est assez alarmant et certains animaux sont très abattus et apathiques.

Cette forme est typiquement celle observée chez les akitas et les bichons. Parfois, les signes cliniques sont moins caractéristiques notamment chez les chiens à poils courts : les squames sont généralement fines et non adhérentes.

Alopécie tronculaire diffuse chez un bichon

Le prurit est généralement absent, sauf en cas d’infection secondaire à Malassezia ou bactérienne, ce qui est fréquent. Des cas de maladie subclinique (lésions histologiques sans symptôme clinique) ont été rapportés chez le Caniche royal.

Diagnostic

Le diagnostic repose sur l’éviction des autres causes de manchons pilaires, d’état kératoséborrhéique ou d’alopécie (leishmaniose, endocrinopathie, démodécie, troubles primaires de la cornéogenèse, dermatophytose…).

Il est ensuite confirmé par la réalisation de biopsies multiples. On observe la présence de granulomes discrets au niveau des glandes sébacées, sans atteinte des autres annexes dans les fromes débutantes. Lors de lésions chroniques, les glandes sébacées sont absentes et remplacées par de la fibrose.

Traitement

On peut considérer qu’il existe deux cibles principales du traitement.

La première vise le contrôle de l’inflammation dirigée contre les glandes sébacées. On a pour cela recours aux corticoïdes ou plus surement à la ciclosporine. C’est un traitement pérenne dans les formes graves.

Le second vise à rétablir l’intégrité de la barrière cutanée : topiques gras ou émollients, shampooings kératomodulateur, supplémentation en acides gras essentiels

Ces traitements donnent lieu à tout un tas de variantes parfois exagérées, comme les recommandations d’application d’huile d’olive sur tout le corps que l’on embobine dans dans un film alimentaire pour garantir la pénétration du corps gras. Cela peut donner des résultats transitoires, mais il existe des moyens plus modernes, plus efficaces et moins contraignants aujourd’hui.

Pour en savoir plus :

Simpson, A. and L. McKay (2012). « Applied dermatology: sebaceous adenitis in dogs. » Compend Contin Educ Vet 34(10): E1-7.

Lortz, J., et al. (2010). « A multicentre placebo-controlled clinical trial on the efficacy of oral ciclosporin A in the treatment of canine idiopathic sebaceous adenitis in comparison with conventional topical treatment. » Vet Dermatol.

Hernblad Tevell, E., et al. (2008). « Sebaceous adenitis in Swedish dogs, a retrospective study of 104 cases. » Acta Vet Scand 50(1): 11.

Linek, M., et al. (2005). « Effects of cyclosporine A on clinical and histologic abnormalities in dogs with sebaceous adenitis. » J Am Vet Med Assoc 226(1): 59-64.

Reichler, I. M., et al. (2001). « Sebaceous adenitis in the Akita: clinical observations, histopathology and heredity. » Veterinary Dermatology 12(5): 243-253.