Calendrier de l’Avent, comme chez l’Homme : 12. Calculs Urinaires

Comme chez l’Homme, les Chiens et les Chats sont sujets aux calculs urinaires. Ces petits cailloux sont la conséquence d’une cristallisation plus ou moins lente de minéraux présents dans les urines aux différents étages de l’appareil urinaire (rein, uretère – conduit allant du rein à la vessie, vessie, urètre – conduit allant de la vessie à l’extérieur).

Facteurs prédisposant aux calculs urinaires

Les facteurs favorisant leur apparition sont multiples. Chez l’Homme, comme chez l’animal, il s’agit de facteurs génétiques, mais également de facteurs environnementaux : prise de boisson et dilution des urines, alimentation, infections urinaires.

Signes cliniques associés aux calculs urinaires

Les symptômes associés à la présence de calculs urinaires sont très variables et liés à la localisation des calculs (urètre, vessie, uretère ou rein). Certains animaux sont totalement asymptomatiques. D’autres peuvent présenter des douleurs importantes, nommées « coliques néphrétiques » qui peuvent conduire à l’apparition de vomissements ou de prostration. Parfois du sang est observé dans les urines, et l’animal peut présenter une douleur  associé à l’émission d’urines (allers-retours à la litière, mise en position fréquente, signes qui peuvent être pris pour de la constipation). Dans de tels cas, il est souvent difficile de juger du degré d’urgence. Parfois une obstruction complète des voies urinaires est présente et constitue alors une urgence vitale. C’est pourquoi l’appel à un vétérinaire est le plus souvent vivement conseillé.

Prise en charge des calculs urinaires

La prise en charge comprend la gestion de l’épisode aigu et la prévention de la récidive. Certains calculs peuvent être dissouts grâce à des mesures thérapeutiques médicales, hygiéniques et alimentaires. Dans d’autres cas, une prise en charge chirurgicale (retrait du ou des calculs) doit être envisagée. Lorsque le calcul obstrue l’uretère la mise en place d’une prothèse (communément appelée « SUB » pour Subcutaneous Ureteral Bypass) est le plus souvent envisagée.

Certaines techniques de fragmentation extracorporelle disponibles chez l’Homme ne sont pas encore au point ou accessibles chez nos carnivores domestiques.

Plus d’informations sur le service de médecine interne d’ADVETIA sur ce lien