Rupture des Ligaments Croisés du Genou Chez le Chien

Les chiens peuvent souffrir de rupture des ligaments croisés du genou. Toutefois, causes et prise en charge thérapeutique diffèrent sensiblement de la prise en charge chez l’Homme.

Qu’est-ce que les ligaments croisés chez le chien?

Le genou du chien comporte, 4 ligaments principaux; deux collatéraux et deux croisés. Ces derniers sont ainsi nommés car ils se croisent l’un l’autre, au cœur de l’articulation formée par le fémur et le tibia. Les ligaments croisés du chien sont dénommés, antérieur ou postérieur, par rapport à leur attache respective sur le tibia.

A quoi sert le ligament croisé du chien ?

Les ligaments croisés ont un rôle de stabilisation passive du genou. Ils sont solidement attachés au tibia et au fémur. Ils se tendent comme des cordes selon les contraintes subies par l’articulation durant une activité physique.

Ils participent tous les deux à limiter la torsion du genou et l’avancement vers l’avant du tibia appelé aussi « poussée tibiale crâniale » ou « mouvement du tiroir ».

C’est le ligament croisé antérieur qui joue le rôle le plus important dans le genou du chien en particulier pour limiter l’avancée du tibia lors de la mise en charge.

Quelles sont les circonstances courantes de rupture des ligaments croisés?

La rupture isolée du ligament croisé antérieur est, de loin, la cause la plus fréquente de boiterie du membre postérieur chez le chien. Lorsque le ligament croisé est rompu ou cassé, cela correspond à une entorse grave.

Seules le 20% des ruptures sont attribuables à un traumatisme chez le chien. Dans cette espèce la rupture de ligament croisé est dégénérative et associée à une boiterie progressive, chronique avec arthrose. Le chien va donc souvent révéler sa rupture de ligament croisé à l’occasion d’une activité habituelle. La cause réelle de rupture de ligament croisé n’est pas élucidée chez le chien; la génétique, la conformation, l’environnement, l’immunité, l’inflammation et l’obésité sont de facteurs prédisposants.

Quelles sont les races de chien prédisposées à la rupture de ligament croisé ?

Les chiens de toutes races et de toutes tailles peuvent être touchés par la rupture de ligament croisé. Toutefois, ce sont les grandes races qui paient le plus lourd tribu à cette maladie articulaire. On citera notamment les Labradors, les rottweilers et les Terre-Neuve qui présentent un risque de se rompre un ligament croisé, de 3 à 7 fois supérieurs aux autres chiens.

Comment se diagnostique une rupture du ligament croisé chez le chien?

Le diagnostic résulte avant tout de l’examen physique du genou à l’occasion d’une consultation vétérinaire. Le gonflement et l’instabilité du genou s’ils sont univoques, suffisent à l’établir. La radiographie et la ponction articulaire peuvent montrer des signes indirects. L’arthroscopie, l’IRM ou le scanner sont rarement nécessaires. En cas de doute, le vétérinaire généraliste réfère le cas à un vétérinaire spécialiste en chirurgie des carnivores domestiques pour confirmation.

Dans quels cas se pratique la chirurgie pour rupture des ligaments croisés ?

Littéralement, il est préférable d’opérer tous les cas avérés de rupture de ligament croisé, que le problème touche un chat, un petit chien ou un grand chien. Même en présence d’une rupture partielle, la chirurgie est à envisager afin de limiter l’évolution de l’inflammation et de l’arthrose.

Quelles sont les techniques chirurgicales possibles ?

Les différentes techniques publiées et utilisées depuis que la rupture de ligament croisé est décrite chez le chien et le chat sont innombrables.

 Chez l’homme les techniques chirurgicales les plus souvent utilisés se basent sur la reconstruction du ligament par des prothèses autologues, prélevés sur le sujet même, comme le tendon tibio-rotulien, le fascia lata et le demi-interne/ demi-tendineux « DIDT ». Ces techniques permettent une très bonne récupération chez l’Homme mais malheureusement elle sont insuffisantes chez le  chien à cause d’une biomécanique différente du genou et la gestion postopératoire plus délicate chez le chien.

C’est pourquoi les techniques chirurgicale les plus couramment envisagées chez le chien sont basé sur une ostéotomie (incision de l’os) qui permet d’obtenir une stabilisation du genou grâce à une modification de l’anatomie du tibia en regard de l’articulation. Ces techniques (TPLO, TTA par exemple) permettent une stabilisation efficace, avec un retour rapide à l’activité physique et un faible taux de complications.

Quelle convalescence après chirurgie pour rupture des ligaments croisés ?

Un repos strict de 8 semaines durant lesquelles seules les sorties sanitaires en laisse sont autorisées est recommandé. De la rééducation fonctionnelle vétérinaire (notamment de l’hydrothérapie) est très utile pour accélérer et parfaire la récupération.

Plusieurs contrôles sont envisagés afin d’évaluer l’évolution de la plaie et de la cicatrisation osseuse. Le retour à une activité physique normale est prévu généralement 2 mois après l’intervention chirurgicale.

En savoir plus :