Calendrier de l’Avent, Comme chez L’Homme : 17. L’Hypertension Artérielle

Comme l’Homme, les animaux domestiques peuvent développer une hypertension artérielle systémique (HTA) qui est une des causes majeures de morbidité, notamment chez le chat âgé. L’HTA est définie comme une élévation persistante et pathologique de la pression artérielle (PA, la tension).

Les animaux peuvent avoir une élévation temporaire de leur PA en raison du stress, qui peut être lié en particulier à la visite chez le vétérinaire. Il est donc important de mesurer la PA plusieurs fois et de créer un environnement calme pour effectuer les mesures. La plupart du temps l’HTA en médecine vétérinaire est secondaire à une affection sous-jacente, contrairement à l’Homme. Si aucune affection pouvant provoquer une HTA n’est diagnostiquée, il s’agit d’une hypertension dite « essentielle », comme chez l’Homme. Cette dernière situation est rencontrée chez le chat âgé.

Quelles sont les causes de l’hypertension artérielle secondaire ?

L’HTA est plus fréquente chez les chats âgés, puisqu’elle peut faire partie des complications de certaines maladies systémiques du vieux chat comme la maladie rénale chronique ou encore l’hyperthyroïdie. Cependant des animaux plus jeunes peuvent aussi développer une HTA, souvent secondaire à une affection rénale. Autres causes d’HTA chez l’animal sont le diabète sucré ainsi que des affections des glandes surrénales (l’hyperadrénocorticisme chez le chien et le chat, l’hyperaldostéronisme chez le chat, le phéochromocytome chez le chien).

Quels sont les signes cliniques d’une hypertension artérielle ?

Les signes cliniques sont variables et parfois difficilement perçus par le propriétaire. Les signes suivants peuvent indiquer un problème d’HTA :

  • Une augmentation de la prise de boisson et de la quantité des urines ;
  • La présence de sang dans les urines ;
  • Un changement de comportement avec agitation ;
  • Des modifications à l’auscultation cardiaque (par exemple l’apparition d’un souffle cardiaque) ;
  • Des troubles neurologiques souvent apparus brutalement (des convulsions, un animal qui tourne en rond, la tête penchée, une paralysie) ;
  • Des saignements du nez ;
  • Une cécité brutale.

Comment traiter l’hypertension artérielle?

Le traitement dépend de l’affection sous-jacente qui provoque l’HTA, ainsi que des signes cliniques. Lorsque les signes cliniques sont graves (lors par exemple de troubles neurologiques évoquant un accident vasculaire cérébral, AVC, ou d’une insuffisance rénale aigue) une hospitalisation peut être nécessaire. Un traitement antihypertenseur incluant souvent l’amlodipine (un inhibiteur calcique) est prescript associé au traitement de l’affection sous-jacente.

Quel type de monitoring pour suivre une hypertension artérielle ?

Plusieurs visites peuvent être nécessaires au début afin de stabiliser la PA dans les valeurs seuils (pour éviter l’HTA mais aussi l’hypotension). Des analyses sanguines périodiques sont souvent nécessaires afin de contrôler pour l’apparition d’effets secondaires liés aux médicaments ainsi que la progression de la maladie.

Les complications potentielles de l’HTA peuvent concerner le cœur, les reins, les yeux ou le cerveau.

Quel est le pronostic de l’hypertension artérielle ?

Le pronostic dépend de l’affection sous-jacente.  Quand la PA est bien contrôlée, le risque de complications est minimisé. En général le traitement est nécessaire pou toute la vie de l’animal avec des ajustements dans le temps et l’espérance de vie peut aller à plusieurs années après le diagnostic.