King Charles, Roi de la Glande Anale

Il est de ces sujets peu nobles et pourtant terriblement impactants au quotidien, comme l’engorgement des glandes anales du chien.

Une étude britannique faite dans 101 établissements vétérinaires sur plus de 104 212 chiens (approximativement 208 424 glandes) en 2013 permet d’éclairer d’un jour nouveau ce sujet capital et glandulaire.

Cet engorgement des glandes anales concerne en moyenne 4,4% des chiens*, mais avec une nette surreprésentation des King Charles et cavaliers King Charles (prévalence de 15% dans ces races), mais aussi des bichons, cockers, shi tzus, caniches et spoodles.

Les brachycéphales et les spaniels en général sont plus atteints.

Le poids et le sexe ne sont pas des facteurs de prédisposition.

Les auteurs notent que le prurit anal chronique, en provoquant une lichénification entraine une gène à la vidange et un engorgement des sacs anaux. Par conséquent la dermatite atopique, principale cause de prurit anal, pourrait être une des causes, mais les auteurs écartent cette hypothèse estimant à tord que les cavaliers King Charles ne sont pas prédisposés à la dermatite atopique (100% des cas vus en consultation de dermatologie dans cette race dans notre expérience !).

Certains vétérinaires (8 %) proposent des changements de régime (pour des cacas plus gros ?) ou des cures amaigrissantes (1 %). Preuve du grand désarroi de la profession sur ses propositions thérapeutiques, faute de mécanismes identifiés.

Maintenant que l’on connaît quelques prédispositions, il est temps de s’attaquer à l’étude des causes. Les auteurs évoquent pour les spaniels des anomalies comparables à celles du système glandulaire des oreilles, à suivre…

*probablement sous évaluée à cause de l’intervention préventive des propriétaires ou des toiletteurs

O’Neill DG, Hendricks A, Phillips JA, Brodbelt DC, Church DB, Loeffler A. Non-neoplastic anal sac disorders in UK dogs: Epidemiology and management aspects of a research-neglected syndrome. Vet Rec. 2021.

Belle infographie résumant les résultats sur le site du Royal Veterinary College