Mycétomes dermatophytiques

Les mycétomes dermatophytiques sont des formes inhabituelles de dermatophytose dans lesquelles les dermatophytes forment des filaments mycéliens au sein du derme et des tissus sous-cutanés. Ces lésions sont rares et uniquement décrites chez le persan.

Etiologie

Dans notre expérience, il s’agit de complication de tontes faites dans le cadre du traitement d’une dermatophytose étendue

Signes cliniques des mycétomes

Les lésions intéressent le plus souvent le tronc, les flancs ou la queue Des nodules et masses dermiques ou sous-cutanés, fermes, non prurigineux et indolores peuvent s’ulcérer et former des trajets fistuleux.

Principaux diagnostics différentiels

Le diagnostic différentiel inclut les autres infections fongiques ou bactériennes, des réactions à corps étranger et des néoplasies cutanées.

Diagnostic des mycétomes

  • Cytologie  : inflammation (pyo) granulomateuse avec présence d’éléments fongiques.
  • Dermatohistopathologie : panniculite et dermatite (pyo) granulomateuses nodulaires à diffuses accompagnées de larges mycéliums cloisonnés et hyalins, de pseudofilaments mycéliens en chaînettes et de cellules ressemblant à des chlamydospores, ou de filaments mycéliens répartis de façon diffuse au sein des tissus .
  • Culture fongique (exsudat, par aspiration, échantillon de biopsie)
  • L’analyse PCR peut simplifier le diagnostic.

Traitement et pronostic

Exciser chirurgicalement les lésions lorsque cela est possible.

Administrer un traitement antifongique systémique  (terbinafine, kétoconazole, itraconazole, fluconazole) de longue durée (plusieurs semaines à plusieurs mois) et poursuivre le traitement au moins un mois après guérison clinique complète.

Le pronostic est bon à sombre, les résistances au traitement et les rechutes étant fréquentes. Les animaux atteints sont potentiellement contagieux et peuvent transmettre une dermatophytose superficielle aux autres animaux et à l’homme.