Quizz Cardiologie #1

Quel est le diagnostic électrocardiographique du tracé ci-dessus obtenu chez un Weimaraner de 12 ans présenté pour ascite ?

10 mm/mV, 50 mm/sec

C’est une fibrillation atriale.

La fibrillation atriale (FA) est un trouble du rythme cardiaque caractérisé par une activation atriale non coordonnée qui a comme conséquence une dégradation de la fonction mécanique atriale.

La FA est le trouble du rythme le plus fréquemment rencontré chez le chien de moyenne et grande taille et elle est classifiée comme primaire ou secondaire. La forme primaire est retrouvée en absence d’affection cardiaque sous-jacente et est typique des races géantes. La forme secondaire peut se manifester au cours des maladies cardiaques qui causent une dilatation atriale (myocardiopathie dilatée, maladie valvulaire dégénérative mitrale, maladie congénitale évoluée). Chez le chat, la FA peut être détectée en cas de myocardiopathie avec dilatation atriale sévère.

Au niveau électrocardiographique elle est caractérisée par :

  • Une fréquence cardiaque (FC) élevée (130-260 bpm chez le chien, 200-280 chez le chat) ;
  • L’absence d’onde P ;
  • Des complexe QRS de morphologie normale ou modifiée en cas d’anomalie de la conduction ventriculaire comme par exemple en cas de bloc de branche ;
  • Un intervalle R-R irrégulier.

La FA est paroxystique si sa durée est inférieure à 7 jours, persistante en cas de durée plus longue mais avec une possibilité de cardioversion, et permanente dans le cas où la cardioversion à un rythme sinusal n’est pas possible. En absence de cardioversion l’objectif du traitement est de diminuer la FC. En premier lieu une association de digoxine et de diltiazem est utilisée chez les chiens avec une fréquence cardiaque élevée. Une étude chez 18 chiens avec fibrillation atriale et insuffisance cardiaque congestive a montré qu’après 15 jours de traitement avec cette association la fréquence ventriculaire moyenne détectée était inférieure à 140 bpm chez 85% des cas examines. De surcroît, il a été démontré que la médiane de survie des chiens avec une FC moyenne inférieure à 125 bpm était significativement plus long (1 037 jours, intervalle 524-ouvert) par rapport aux chiens avec une FC ≥125 bpm (105 jours, intervalle 67-267; P = 0.0012).